Skofja Loka, joyau historique de la Slovénie

Skofja Loka, joyau historique de la Slovénie

Une multitude de toits rouges abritant des maisons dont certaines remontent au Moyen-Âge, au style gothique ou baroque, dominées par un château surplombant la ville, de nombreuses églises, une rivière enjambée par un pont plein de charme et chargé d’histoire, un autre qui dit-on aurait été mêlé à d’étranges mésaventures avec le diable en personne… Bienvenue à Skofja Loka, l’une des villes médiévales les mieux conservées de Slovénie. Située dans la région de la Haute- Carniole aux pieds des Alpes Juliennes, Skofja Loka classée depuis 1987, offre de nombreuses richesses à ses visiteurs. 

Petite histoire de Skofja Loka

Tout comme la ville de Bled (cf. post sur l’histoire de Bled et son château), Skofja Loka trouve ses origines dans une donation auprès de l’Eglise. En 973, l’empereur Otton II fit don du territoire de Loka à l’évêque Abraham de Freising. A l’époque, le nom de Loka indiqué dans l’acte de donation, représente la ville de Stara Loka, la Vieille Loka. Le village de Loka entama son développement autour de deux rivières, la Selska Sora et la Poljanska, tant et si bien qu’en 1274, la petite bourgade est considérée comme une ville dans un acte administratif de 1274. La ville appartint aux évêques de Freising jusqu’en 1803.

Ruelle de Skofja Loka

Ruelle de Skofja Loka

Au début du XIVème siècle la ville se dote d’une enceinte fortifiée, un mur avec cinq tours, pour assurer sa sécurité. Elle devait alors avoir une allure impressionnante avec ses cinq portes bordées de murs, chacune gardée par un beffroi. Mais cela n’empêcha pas la ville de subir des attaques (la ville fit  notamment face aux assauts des comtes de Celje au XVème siècle et des Turcs), des guerres ou bien encore de se heurter à des ennemis encore plus insidieux : la peste, les incendies et les tremblements de terre fréquents dans la région. Ainsi, le terrible tremblement de terre de 1511 qui frappa dramatiquement de nombreuses localités de la région dont Bled et Ljubljana (cf. posts sur l’histoire de Bled et de Ljubljana), endommagea gravement la ville de Skofja Loka. La ville fut alors restaurée sous l’évêque Philippe. La cité historique a aujourd’hui globalement gardé cette apparence, ce qui fait d’elle l’une des villes les plus authentiques de Slovénie. La ville continua à prospérer, notamment autour de guildes, associations artisanales puissantes,  sous l’égide des habitants.

D’où vient le blason de la ville de Skofka Loka?

On peut remarquer sur les armoiries de la ville le visage d’un homme noir orné d’une couronne. Selon la légende, le seigneur des lieux Abraham qui venait de Baviève, voyageait dans une vallée accompagné de son serviteur qui était noir. Ils furent alors attaqués par un ours dans une forêt. Le courageux serviteur tendit son arc et tua l’ours. Abraham alors plein de reconnaissance pour celui qui venait de lui sauver la vie, aurait promis de récompenser son acte héroïque en faisant en sorte qu’il ne soit jamais oublié des générations futures. C’est ainsi qu’il fit peindre sur les armoiries de la ville le portrait de son serviteur.

Skofja Loka, ville aux merveilles historiques 

Façade baroque de l'hôtel de ville de Skofja Loka

Façade baroque de l’hôtel de ville de Skofja Loka

Commençons notre visite par la rue Mestni Trg. Cette artère principale de la vieille ville abrite de nombreuses maisons de la Renaissance au style baroque ou bien encore dotées d’éléments gothiques. L’hôtel de ville ne manque ainsi pas d’attirer le regard. Sa façade imposante semble nous rappeler le rôle important qu’il occupa dans l’histoire de la ville en tant qu’instance municipale de premier plan. Son portail, portes et hall sont de style gothique mais la cour à arcades date de la Renaissance. Enfin, sa façade est décorée de superbes fresques baroques malgré l’usure évidente du  temps.

En face, se tient un monument un peu plus récent, il s’agit du calvaire de Marie. Ce monument baroque soutenant trois statues, fut érigé par la ville en 1751 pour remercier la vierge d’avoir arrêté la peste et le feu dont elle était victime.

Plus loin au bout de la rue se tient une remarquable maison, dite « la maison de Martin ». C’est une des plus vieilles maisons de la ville, le type de maisons que l’on trouvait dans Skofja Loka il y a des siècles. Munie d’un portail de style gothique, de fenêtres au rez-de-chaussée et d’un hall voûté, elle était liée à l’enceinte municipale dressée par l’évêque Konrad III au XIVème siècle. A côté de la maison, se dressait l’une des portes de la ville, la porte Poljane avec son beffroi et son pont qui permettait de franchir le fossé défensif.

Maison de Martin

Maison de Martin

A l’autre bout de la rue, un café ne peut manquer de retenir l’attention. C’est la maison d’Homan. Car outre ses délicieuses glaces crémeuses que l’on peut déguster à l’ombre d’un gigantesque platane sur la place, la maison d’Homan se démarque par son bâtiment du XVIème siècle. La maison dut en effet être fortement rénovée après le tremblement de terre de 1511. Elle fut reconstruite dans un style gothique en 1529 comme l’indique la date gravée sur la façade auprès d’une tête barbue et des armoiries de Kranj, ville voisine.

Fresques de la maison d'Homan à Skofja Loka

Fresques de la maison d’Homan

Ancienne école municipale de Skofja Loka

Ancienne école municipale de Skofja Loka

A quelques pas de là, dernière le café, se cache l’église paroissiale Saint-Jacques. Baignant dans le soleil du mois de juillet, l’église paraît sagement reposer sur une petite place désertée par la chaleur. Elle fut bâtie en 1471 dans un style gothique tardif, sur les vestiges d’une église alors environ âgée de 200 ans. Mais l’église fut également victime du tremblement de terre et le presbyterium et le clocher durent être reconstruits en 1532. Juste dernière l’édifice, une façade recouverte d’une plaque de texte et d’un blason entouré d’anges peints attire l’œil. Il s’agit d’une ancienne école municipale. Le texte atteste de la donation en 1627, du bâtiment à l’école de Skofja Loka par le châtelain de Stara Loka. La ville est si tranquille en ce mois de juillet qu’en écoutant bien, on peut entendre le bruit d’une rivière. En effet, à quelque pas de là se trouvent une des rivières de Skofja Loka et le magnifique pont des Capucins qui la chevauche.

Le magnifique et dangereux pont des Capucins

Construit en pierres au XIVème siècle, de forme demi-circulaire, il est une des merveilles de la ville. Édifié sur ordre de l’évêque Leopold, il côtoyait l’une des portes de la ville et son beffroi. Paradoxalement, c’est ce pont qu’il avait commandé qui fut à l’origine même de sa perte. Alors que l’évêque le traversait à cheval, l’animal s’emballa et tomba du pont qui ne possédait pas de garde-fou, précipitant l’évêque dans la rivière où il se noya. En 1888, le pont fut rénové et finalement équipé de garde-fou en fer.

Pont des Capucins de Skofja Loka

Pont des Capucins de Skofja Loka

Je vous propose d’achever cette visite avec le château de Skofja Loka. Le château d’origine fut construit par les évêques de Freising à qui le territoire avait été offert. Il est ainsi mentionné dans un acte datant de 1202 où il est décrit comme une solide forteresse. Il accueillait l’administrateur de la localité et bien sûr l’évêque lui-même lorsqu’il se rendait à Skofja Loka. Mais le château n’échappa pas non plus au tremblement de terre de 1511 et dut être reconstruit par l’évêque de l’époque, Philippe, entre 1513 et 1527. Bien que le château conserva son apparence médiévale, il fut rénové dans l’esprit  de la Renaissance. Il fut renforcé par la présence de quatre tours de défense. Le château demeura intacte jusqu’au XVIIIème siècle où l’évêque John Francis décida de restaurer le château. A la fin du XIXème siècle d’autres aménagements se succédèrent, impliquant notamment la destruction de tours et de murs du château et lui conférant son aspect actuel. Il servit ensuite d’internat pour jeunes filles puis d’hôpital militaire pendant la Première Guerre Mondiale. Il est aujourd’hui devenu un musée. Perché au dessus de la ville, le château de Skofja Loka offre une superbe vue sur les toits rouges et les montagnes des Alpes Juliennes qui semblent s’étendre à l’infini sous ses murs.

Château de Skofja Loka

Château de Skofja Loka

Vous pouvez aussi lire :

Share This

About the author

Jess Bontemps

Blog sur l'histoire des lieux que j'affectionne, qu'ils soient célèbres ou non, et que j'ai eu l'occasion de visiter au cours de voyages ou autre. Je partage également des actualités sur l'histoire et l'archéologie.
Pour me suivre sur Twitter :  @Histoiresacados
Pour me suivre sur Facebook : Histoire à sac à dos

View all articles by Jess Bontemps

4 comments

  1. Pingback: Voyage en Slovénie à la rencontre de son histoire | Histoire à sac à dos

  2. Pingback: Histoire de Ljubljana, capitale de la Slovénie

  3. Philippe D

    J’adore les voyages et je reviens de Slovénie. Je repasserai donc par ici…
    Je suis tombé sur ce blog par hasard en cherchant des renseignements sur le château de Bled. Ce blog me semble intéressant et attrayant. J’y reviendrai donc…

  4. Tz

    Enchantée,
    je suis tout à fait d’accord avec vous. En juin 2016 j’ai aussi trop brièvement eu la chance de découvrir cette perle à proximité de la capitale. Quelle merveille! De son architecture à son histoire tout en flânant sur la terrasse de ses cafés (dessert, crème glacée, bière et savoureux cappuccino. J’y cherche une maison à louer pour y retourner plus longtemps car on y a retracé des racines Zontar. Apparemment les SS aurait pris possession du château durant la 2e Guerre mondiale, un de nos parents soldat y aurait été fait prisonnier. Tz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *