Mur inca de Cusco, Pérou

Cusco, la mythique capitale inca

Reposant au creux d’une vallée, une multitude de toits ocres se confondent presque avec la terre aride qui les enserrent. Au coeur de la cité, de superbes édifices coloniaux de style espagnol nous font voyager des siècles en arrière tandis que d’étranges murs nous rappellent la présence diffuse d’une autre civilisation. Nous sommes au Pérou dans l’ancienne capitale inca, Cusco. Signifiant « Nombril du monde » en langue quechua, Cusco était la capitale du grand empire inca « Tahuantinsuyu ». L’or abondait dans la capitale du peuple du Soleil. Il dut faire tourner la tête des avides Conquistadors. Aujourd’hui, l’or n’est plus. Mais les rues sophistiqués de Cusco et ses murs de pierres à l’alignement et encastrement parfait, sans mortier, se chargent à présent de faire rêver les voyageurs. Quelle est l’histoire de Cusco, la capitale du célèbre inca?


Les Incas, envoyés des dieux à Cusco

Il était une fois quatre frères et quatre soeurs qui sortirent d’une grotte. Ils avaient été par Viracocha, le dieu créateur du monde dans la mythologie andine. Cette fratrie formait les premiers Incas. Viracocha leur avait promis qu’ils régneraient sur un grand empire. Le meneur des huit frères et soeurs, Manco Capac, avait reçu un bâton magique en or qui devait lui indiquer la fertilité du sol. Manco Capac marcha ainsi jusqu’à ce que son bâton s’enfonce dans la terre, signe de sa fertilité. Son bâton s’enfonça enfin dans le sol. Manco Capac allait pouvoir fonder sa capitale, Cusco. Il sera le premier Inca.

Dans une version du mythe (les mythes étaient transmis oralement ce qui peut expliquer leur diversité), ce fut le Soleil, le dieu Inti, qui chargea Manco Capac et son épouse, Mama Ocllo, de fonder leur capitale à Cusco. Le Soleil fit émerger le couple royal des eaux du lac Titicaca avant de leur ordonner de se diriger vers le Nord et d’y répandre le culte du Soleil. En savoir plus sur les origines mythologies des Incas ici.

Ces deux récits divinisant les Incas leur offrent ainsi légitimité et pouvoir. Car en réalité, Cusco était déjà habitée avant l’arrivée des Incas. Autrement dit, les fils du Soleil durent conquérir ce territoire.

Cusco, capitale inca
Vue de Cusco depuis le temple Coricancha.

Les Incas conquièrent Cusco

Nous sommes au XIVème siècle. Une ethnie originaire de la région du lac Titicaca, est à la recherche de nouveaux terres à cultiver (on y voir le parallèle avec le mythe du bâton magique évoqué plus haut). Ce sont les Incas, qui jetèrent leur dévolu sur Cusco.

Rue de Cusco, Pérou
Rue de Cusco, Pérou

Mais la région de Cusco étaient occupée. Deux peuples en particulier allaient donner du fil à retordre aux guerriers incas. Les Ayamarca et les Chanca. Pendant plusieurs années, Incas et Ayamarca s’affrontèrent jusqu’à ce que la capture du souverain Ayamarca qui mit fin à l’affrontement.

Les Incas régnaient alors sur Cusco. L’empereur, l’Inca Viracocha, apprit une attaque imminente des Chanca sur la ville. Paniqué, l’Inca s’enfuit, laissant à un jeune prince, Cusi Yupanqi, le soin de défendre Cusco. Comme très souvent chez les Incas, l’histoire se mêle à la légende. Alors que la situation paraissait pas en faveur des Incas, des rochers se seraient transformés en soldats, offrant la victoire au peuple du Soleil. Ce prince, devint le nouvel empereur inca sous le nom de Pachacutec, signifiant « renversement de l’ordre du monde ». Bien qu’il soit difficile de dater l’histoire inca (les Incas n’ayant pas laissé de traces écrites) les historiens situent néanmoins ce moment clé de l’empire inca à 1438.

Pachacutec allait jeter les bases du grand empire inca, Tahuantinsuyu. Lui et ses successeurs Tupac Yupanqi et Huayna Capac allaient conquérir une multitude de territoires et de peuples, créant un empire s’étendant du Nord du Chili à l’Equateur actuel (en savoir plus sur l’histoire des conquêtes incas ici).

Pachacutec fait de Cusco une capitale digne de sa puissance

Notre nouvel empereur Pachacutec était un grand conquérant et bâtisseur. Il entreprit ainsi d’agrandir Cusco et d’en faire sa glorieuse capitale. On dit que le fils du Soleil aurait été jusqu’à détourner le cours d’une rivière afin de donner à Cusco la forme d’un puma.

Pachacutec, fit venir des constructeurs de diverses provinces. Ces populations, souvent déplacées de force, apportaient avec elles main d’oeuvre et savoir-faire, et notamment l’art de manier et tailler les pierres. Or ce qui rend Cusco aujourd’hui si unique, est justement son architecture inca. Des pierres colossales, parfaitement encastrées les unes contre les autres, quelque soit leur forme et sans que l’on puisse voir de mortier (en savoir plus sur les méthodes de construction incas ici). Bien que les Espagnols aient détruit la plupart des constructions incas au XVIème siècle, réutilisant les pierres pour construire des églises, des vestiges incas ont cependant survécu. Ce sont des rues entières, des vestiges de palais et de temples que l’on peut ainsi admirer.

Rue aux murs incas de Cusco
Rue aux murs incas de Cusco. Ses blocs sont parfaitement encastrés sans mortier apparent.

Le temple du Soleil Coricancha

Parmi ces temples, le plus glorieux est dans aucun doute le temple Coricancha. Bien avant le règle de Pachacutec, un temple avait érigé en l’honneur du dieu Soleil Inti. Il s’agissait du sanctuaire Intikancha. Intikancha devint Coricancha, signifiant « enceinte de l’or ». Car les toits du temple étaient recouverts d’or et son jardin était peuplé de lamas et de maïs géants en or. A l’intérieur, se trouvait un visage humain en or entouré de rayons du Soleil. L’or était considéré par les Incas comme la sueur du Soleil et était donc sacré. On peut imaginer la stupéfaction des Conquistadors espagnols en découvrant ces objets d’or étincelant sous les rayons du soleil.

Mais ce n’est pas tout. Coricancha abritait aussi les momies des empereurs qui étaient vénérés. Ces momies étaient régulièrement nourries, abreuvées de Chicha (bière de maïs) au cours de cérémonies religieuses où les défunts Incas assistaient à des spectacles de danse. Coricancha était aussi le lieu de culte de Mama Killa, la déesse de la Lune, épouse et soeur d’Inti, le dieu du Soleil. Sa statue était entourée des momies des reines et son temple était recouvert d’argent.

Coricancha sera transformé en couvent sous les Espagnols. Son or sera fondu, partagé entre les Conquistadors et envoyés en lingots à la couronne d’Espagne. Quant aux momies, elles ont aujourd’hui disparu. Il est possible que les Incas aient tenté de les cacher lorsque l’Eglise interdit leur culte.

Temple du Soleil retrouvé sous le couvent Saint-Dominique, Cusco.
Couvent Saint-Dominique de Cusco, autrefois le temple du Soleil des Incas.
Couvent Saint-Dominique de Cusco.

Cusco sous Tupac Yupanqi et Huayna Capac

Les empereurs incas qui succédèrent à Pachacutec, Tupac Yupanqi et Huayna Capac, continuèrent d’étendre l’empire. Cusco était alors le centre religieux et politique. Du mois jusqu’à ce qu’une nouvelle capitale dut être fondée à Quito (actuel Equateur) afin de mieux gérer cet empire toujours plus vaste.

Demeures des empereurs incas, avant et après la mort

Les constructions se poursuivirent à Cusco et notamment les palais pour les empereurs et leur clan, « la panaca ». Car chez les Incas, chaque nouvel empereur devait de faire bâtir son ou ses propres palais. Il était inconcevable qu’un Inca vive dans le palais de son prédécesseur où l’esprit du défunt continuait de vivre.

Parmi les ouvrages architecturaux réalisés par ces grands empereurs conquérants, un édifice demeure énigmatique. Il s’agit de Sacsayhuaman, un colossal ensemble de pierres et de monolithes situé en périphérie de Cusco.

L’intrigante Sacsayhuaman

La construction de Sacsayhuaman aurait été entreprise par l’Inca Tupac Yupanqi et aurait été achevée par l’Inca Huayna Capac. Son usage n’est pas encore avéré mais il est possible que cet édifice de pierre fut une forteresse pour défendre Cusco. Difficile d’ailleurs de penser à autre chose lorsque l’on voit les imposants monolithes se dressant dans la plaine dans toute leur puissance. Les immenses blocs de pierre de Sacsayhuaman sont par ailleurs alignés en dents de scie, exposant de potentiels assaillants aux flèches ennemies. Il y avait par ailleurs des pièces qui auraient servi à entreposer des armes. Pourtant, il s’agirait là de l’unique système de défense de Cusco. Par ailleurs, l’empire inca était au sommet de sa puissance. Alors pourquoi édifier une forteresse ?

Sacsayhuaman, Cusco, Pérou
Sacsayhuaman, Cusco, Pérou

Le grand empire inca Tahuantinsuyu était un colosse aux pieds d’argile. Construit en seulement quelques décennies, en assujettissant des populations de gré ou de force, les Incas devaient continuellement gérer des soulèvements. Se pourrait-il alors que Sacsayhuaman ait été construite pour protéger la capitale des populations rebelles?

Sacsayhuaman aurait également pu être un monument à la gloire des victoires militaires de l’Inca Tupac Yupanqi. Cet ensemble gigantesque aurait ainsi pu être un centre cérémoniel avec des reconstitutions de batailles rituelles.

Conquête espagnole et prise de Cusco

Nous sommes à présent en 1526 et les Incas règnent en maîtres sur un vaste empire, malgré les rebellions de plus en plus fréquentes (en savoir plus sur l’histoire inca ici). Mais tout change lorsque des hommes étranges à la peau blanche s’approchent des côtes désertiques du Pacifique péruvien. Une poignée de conquistadors menés par Francisco Pizarro sont à la recherche d’un royaume où ils ont eu ouï-dire que l’or abonde. Et ils comptent bien s’en emparer. Munis de leurs armes à feux qui impressionnaient tant les Incas, les Espagnols possédaient aussi, sans le savoir, un allié de poids, la variole.

Le dernier Inca et chute de Cusco

Amenée par les Européens en Amérique centrale, la variole ne fit pas n’importe quelle victime. L’empereur inca lui-même, Huayna Capac fut frappé de cette maladie inconnue en Amérique. Ce qu’il laissa derrière lui était un empire aux fondations chancelantes et surtout, un empire rapidement déchiré par une guerre de succession entre deux demi-frères. Trop occupés à s’affronter, Huascar et Atahuallpa ne réalisèrent pas le danger. De son côté, Pizarro comprit rapidement que l’empire était composé d’une multitude de peuples subissant bon gré mal gré la domination inca. Le Conquistadors allaient savoir tirer parti de cette animosité. Toutes ces éléments réunis, en plus de la supériorité d’armes des Conquistadors, permirent à Pizarro de capturer et d’exécuter l’Inca Atahuallpa en 1532. S’ensuivit la conquête de Cusco et de toutes ses richesses d’or et d’argent en 1533.

Plaza Major de Cusco, Pérou.

La résistance s’organisa néanmoins, menée par Manco, le frère de l’empereur déchu. En 1536, Manco et ses partisans entreprirent de reconquérir Cusco. Les rebelles parvinrent à reprendre Sacsayhuaman. Mais les Incas durent se replier face aux Espagnols et Cusco demeura aux mains des Conquistadors.

Désormais espagnols, Cusco fut l’objet d’un changement architectural radical, lui donnant aujourd’hui son aspect unique. Ses sublimes cathédrales, ses balcons en bois, ses petites maisons de pierres dominent largement le paysage. Pourtant, au détour d’une rue ou cachés sous le couvent Saint-Dominique, les pierres incas nous rappellent la bref mais glorieux empire Tahuantinsuyu.


Pour en savoir plus, je vous conseille:

« Pérou pré-hispanique, du peuplement jusqu’aux Incas », Milosz Giersz et Patrycja Przadka Giersz

« Les Incas, peuple du soleil », Carmen Bernand

« Descubriendo Cusco y el Gran Imperio Inca », Jose Miguel Helfer Arguedas

« Historia del Tahuantinsuyu », Maria Rostworowski de Diez Canseco

« Histoire de l’empire inca », documentaire, France 5, Science Grand Format

Rue de Cusco, Pérou.