Histoire antique de Hong Kong et Canton sous la dynastie Han

Histoire antique de Hong Kong et Canton sous la dynastie Han

Si l’histoire de Hong Kong semble seulement débuter au moment de sa cession à l’Empire britannique (1842), l’archipel a pourtant bien un passé qui commence avant l’arrivée des Anglais. Il faut dire que la transformation de Hong Kong en la folle métropole que l’on connait aujourd’hui, fut si fulgurante et spectaculaire que l’on oublie qu’il existait autre chose avant. Cette histoire, Hong Kong nous la livre à travers ses rares vestiges archéologiques. Au détour d’une nuée de gratte-ciel, il est possible d’observer les traces d’un modeste passé lié à l’une des plus grandes dynasties chinoises, celle des Han. Quant à Canton (Guangzhou, située en Chine continentale à une centaine de kilomètres de Hong Kong), la ville est surtout connue pour son rôle joué dans la guerre de l’opium au XIXème siècle. Pourtant, la découverte d’une imposante tombe royale du IIème siècle avant notre ère a fait ressurgir un autre passé que je vous propose de découvrir. 

Naissance et essor de la dynastie Han en Chine

Unification de la Chine sous Qin Shi Huangdi

Tout commence au IIIème siècle avant notre ère. La Chine était alors un territoire morcelé en plusieurs royaumes. C’est la période dite des « Royaumes combattants » où s’opposaient violemment sept puissances voisines (les royaumes de Qin, Han, Zhao, Wei, Chu, Yan et Qi).

En 247 avant J.C., le prince Zheng (259-210 avant J.C.) du royaume de Qin prit le pouvoir. Il allait bientôt se faire connaître sous le titre de premier empereur de Chine. Après des années de sanglantes campagnes militaires, le prince de Qin parvint à conquérir tous les royaumes en 221 avant J.C. Il venait ainsi d’unifier le pays chinois par la force. Ce prince conquérant se retrouva alors à la tête d’un immense territoire. Il se proclama empereur de Chine sous le nom de Qin Shi Huangdi et fonda la dynastie Qin. 

Mort de Qin Shi Huangdi et fondation de la dynastie Han

Mais cette dynastie ne survécut pas à la mort de Qin Shi Huangdi survenue en 207 avant notre ère. La politique tyrannique et violente du premier empereur, l’extrême sévérité de son système pénal, l’élimination des opposants et des penseurs finirent par soulever la colère de la population et de l’ancienne noblesse privée de ses droits. Ainsi, des insurrections éclatèrent dès le lendemain de la mort de l’empereur. Un des meneurs, Liu Bang, se proclama empereur sous le nom de Han Gaozu et fonda une nouvelle dynastie, celle des Han (206 avant J.C. – 220 après J.C.).

Guerriers en terre cuite de Xian - Chine

L’empereur mégalomane Qin Shi Huangdi a laissé derrière lui un héritage de taille. En 1974, la découverte de son imposant mausolée révéla au reste du monde des milliers de soldats, artisans, musiciens et chevaux en terre cuite.

Malgré cette prise de pouvoir dans un contexte chaotique, les empereurs Han parvinrent à faire de la Chine un empire puissant. La dynastie Han gouverna la Chine pendant près de quatre siècles. Elle fut la plus longue à régner sur cet empire dont les frontières s’étendaient de la steppe du nord à la Chine du Sud. Bénéficiant d’une relative stabilité politique, s’appuyant sur un état centralisé et une administration hiérarchisée, la Chine des Han devint un état prospère. Un essor qui s’est notamment retrouvé dans le développement de l’agriculture et des échanges commerciaux à travers la célèbre route de la soie. Enfin, c’est aussi un âge d’or culturel et artistique qui a vu le jour sous l’empire des Han.

Canton et Hong Kong sous l’empire Han

Les territoires du sud de la Chine furent conquis vers 214 avant J.C. et intégrés au nouvel empire créé par Qin Shi Huangdi. Trois préfectures (Nanhai, Xiang et Guilin) furent mises en place dans les régions du Guangdong (où se situent les actuelles villes de Hong Kong et Canton) et du Guangxi. Pourtant, la région n’allait pas rester longtemps sous le contrôle impérial.

L’empire rebelle de Nanyue à Canton

Au IIIème siècle avant notre ère, Zhao Tuo, un commandant de la préfecture de Nanhai, profita de la chute de l’empire Qin (207 avant J.C.) et des grands bouleversements que traversait la Chine, pour déclarer l’indépendance de la région. Il fonda le royaume de Nanyue (Yue du Sud). Il fit de Panyu (aujourd’hui située à Canton) sa capitale. Le royaume Nanyue est considéré comme le premier régime politique unifié dans la Chine du sud. Zhao Tuo s’était fixé pour objectif l’unification des différentes tribus Yue qui vivaient en Chine du sud. Il adopta par conséquent une politique d’intégration et d’unification de ces tribus. Ce royaume perdura pendant 92 ans (203 avant J.C à 111 avant J.C.) et connut cinq générations de rois: Zhao Tuo (203-137 avant J.C.), son petit fils Zhao Mo (137-122 avant J.C.), Zhao Yingqi (122-113 avant J.C.), Zhao Xing (113 avant J.C.) et Zhao Jiande (113-111 avant J.C.).

Entrée de la tombe de Zhao Mo - Canton - Chine

Entrée de la tombe de Zhao Mo, roi de Nanyue – Canton – Chine

Après la prise du pouvoir par les Han (206 avant notre ère), le royaume prêta allégeance au nouvel empereur Han Gaozu, faisant de Nanyue un état vassal. Malgré cette soumission, le royaume de Nanyue se souleva à plusieurs reprises contre le pouvoir central. Pendant près d’un siècle, ce royaume se développa et affirma sa puissance.

En 1983, l’extraordinaire découverte à Canton du tombeau du roi Zhao Mo de Nanyue, a permis de mesurer toute la richesse de ce royaume. Plus de 10 000 objets ont été mis au jour, dont l’incroyable linceul de jade du roi Zhao Mo. Ces trésors font de ce tombeau le plus précieux vestige historique de Canton et l’une des plus grandes découvertes archéologiques de la Chine continentale.

Cette tombe composée de 7 chambres funéraires abritait en son centre la dépouille de Zhao Mo. De magnifiques sceaux impériaux en or et en jade ont permis son identification. De nombreux objets en jade, des instruments de musique, des objets de la vie quotidienne ont été retrouvés. D’autres découvertes sont en revanche plus macabres. Quinze victimes sacrificielles devant accompagner le roi dans l’au-delà ont en effet été identifiées.

Tablette en forme de tigre retrouvée dans le tombeau du roi Zhao Mo - Canton - Chine

Tablette en forme de tigre retrouvée dans le tombeau du roi Zhao Mo – Canton – Chine

Carillon de cloches en bronze - Tombeau de Zhao Mo. Les cloches étaient utilisées pendant les cérémonies et pour la musique de cour. Elles étaient suspendues à une poutre et assemblées dans un ordre croissant.

Carillon de cloches en bronze – Tombeau de Zhao Mo. Les cloches étaient utilisées pendant les cérémonies et pour la musique de cour. Elles étaient suspendues à une poutre et assemblées dans un ordre croissant.

Boite en métal de style perse contenant des médicaments. Zhao Mo était un roi à la santé fragile et avait souvent recours à des traitements médicaux. Il est ainsi possible qu'il ait fait appel à la médecine perse.

Boite en argent de style perse contenant des médicaments. Zhao Mo était un roi à la santé fragile et avait souvent recours à des traitements médicaux. Il est ainsi possible qu’il ait fait appel à la médecine perse pour se soigner. Ce superbe récipient est aussi un précieux témoignage des échanges commerciaux entre la Chine et les puissances étrangères grâce à la route de la soie. 

La chute du royaume de Nanyue

Nanyue était ainsi devenu un puissant empire qui n’entendait pas se soumettre au pouvoir central Han. Mais ces rebellions contre la dynastie Han allaient finir par conduire le royaume à sa perte puisqu’il devrait bientôt affronter Han Wudi, l’un des plus grands empereurs de la dynastie Han. La Chine connut sous le long règne de l’empereur Han Wudi (147-87 avant J.C.) une grande expansion territoriale vers la Mongolie, la Corée, l’Asie centrale, le Vietnam ainsi que la Chine du Sud.

Au cours de son règne, cet empereur conquérant s’efforça de consolider l’empire et de diminuer le pouvoir des états vassaux dont les velléités d’indépendance constituaient une menace permanente. En 111 avant notre ère, un nouveau soulèvement du royaume de Nanyue conduit Han Wudi à lancer ses troupes sur cet état rebelle qui fut écrasé et réintégré à l’empire Han. La culture Yue fut alors progressivement absorbée par celle des Han.

Hong Kong sous les Han

Intérieur de la tombe. Pour la protéger de l'humidité, la tombe est aujourd’hui fermée et son intérieur ne peut s’observer que par l’intermédiaire d’une vitre.

Intérieur de la tombe de Lei Cheng Uk. Pour la protéger de l’humidité, la tombe est aujourd’hui fermée et son intérieur ne peut s’observer que par l’intermédiaire d’une vitre.

Le rattachement du territoire de Hong Kong à l’empire Han a laissé quelques traces. Des pièces de monnaie, des poteries et des sceaux de l’époque Han ont été mis au jour dans différentes zones de Hong Kong. Néanmoins, la découverte la plus parlante reste la tombe Han de Lei Cheng Uk accidentellement découverte en 1955. Ce tombeau de petites dimensions construit en briques date de la dynastie des Han postérieurs (environ 25 à 220 après J.C.).

Inviolée, la sépulture a révélé cinquante-huit artefacts funéraires dont de délicates poteries (principalement de la vaisselle de table et de cuisine) et d’élégants objets en bronze (un miroir, un bassin, une cloche, deux bols et des fragments de vaisselles). Parmi les poteries, une maison mignature a été mise au jour, nous donnant une idée de ce à quoi pouvaient ressembler les habitations de cette époque.

Chose curieuse, aucun sarcophage ou restes humains n’ont été retrouvés. Selon le professeur Drake chargé des fouilles, cette absence pourrait s’expliquer par la décomposition du corps due au fort taux d’humidité. Cette tombe aurait également pu être un cénotaphe, c’est-à-dire une structure funéraire ne contenant pas de corps et destinée à honorer la mémoire d’un mort. Il est possible que la sépulture était destinée à un officier tombé au combat et dont le corps n’aurait pas été récupéré. Pour l’heure, l’identité de l’occupant demeure un mystère…

« La tombe de Lei Cheng Uk est une découverte importante puisqu’il s’agit de l’unique tombe en briques découverte à Hong Kong. De nombreuses tombes du même style architectural datant de la dynastie des Han postérieurs (environ 25 à 220 après J.C.) ont été retrouvées dans le sud de la Chine. Cela indique une étroite proximité entre Hong Kong et le sud de la Chine en terme de culture funéraire il y a près de 2000 ans », musée d’histoire de Hong Kong.

Maison en terre cuite retrouvée dans la tombe Han Lei Cheng Uk - Hong Kong

Maison en terre cuite – Tombe Han de Lei Cheng Uk – Hong Kong

Bien que modeste, cette tombe offre ainsi un témoignage de cette période de l’histoire de Chine qui se démarqua par un développement économique et une étendue de son pouvoir. Les officiers et les riches membres de la société se faisaient construire des monuments funéraires à grande échelle. De nombreuses tombes furent ainsi érigées et remplies par l’ameublement funéraire nécessaire au bien-être du défunt dans l’au-delà. Ces tombes étaient généralement construites en briques. Cette découverte historique témoigne non seulement de la présence des Han dans la région mais aussi de son rattachement à la juridiction de Panyu établie sous les Han. En effet, plusieurs briques de la tombe portent des inscriptions faisant référence à Panyu : « Daiji Panyu » (« Grande fortune au comté de Panyu ») et « Panyu Dazhili » (« Paix au comté de Panyu »).

Vaisselle en terre cuite - Tombe Han de Lei Cheng Uk - Hong Kong

Vaisselle en terre cuite – Tombe Han de Lei Cheng Uk – Hong Kong

Les rites funéraires des Han

Qu’il s’agisse de la modeste tombe Han de Hong Kong ou des impressionnants tombeaux de la Chine continentale, toutes ces structures mises au jour sont de précieux vestiges pour les archéologues. Ces mausolées révèlent les rites funéraires mais aussi l’art de vivre de l’époque. En effet, si les palais et les villes antiques n’ont laissé que peu de traces en raison des constructions en bois périssables, les sépultures Han ont en revanche livré davantage de trésors.

Dans la conception Han de l’au-delà, les tombes étaient considérées comme la demeure intermédiaire du défunt avant que son âme ne rejoigne le ciel. Ainsi, ont été retrouvés de nombreux objets de la vie quotidienne avec lesquels les morts étaient enterrés. Vaisselles de table, instruments de musique, jeux d’alcool, lampes, objets de toilette accompagnaient les morts tandis que des figurines de guerriers, de musiciens, de danseuses se sont progressivement substituées aux victimes humaines autrefois sacrifiées dans les tombes.

Le jade était particulièrement important dans les rites funéraires des Han. Il devait préserver le corps du défunt et assurer son immortalité. Les rois et les empereurs bénéficiaient d’un rituel d’inhumation particulièrement impressionnant. Leur corps étaient entièrement recouverts d’un linceul constitué de pièces de jade cousues par des fils d’or (les fils d’argent et de cuivre étaient utilisés pour les princes et les dignitaires). Les archéologues ont ainsi découvert dans la tombe du roi Zhao Mo (Canton), vassal de l’empire Han, un superbe linceul de jade ainsi que 47 disques de jade (« Bi » en mandarin).

Disques de jade ("Bi" en mandarin) - Tombe du roi Zhao Mo - Canton - Chine

Disques de jade – Tombe du roi Zhao Mo – Canton – Chine

Linceul en jade du roi Zhao Mo - Canton - Chine

Linceul en jade du roi Zhao Mo – Canton – Chine

La puissante dynastie Han a ainsi laissé derrière elle un précieux héritage. Et elle n’a sûrement pas fini de nous surprendre. Si de nombreuses tombes ont été mises au jour, d’autres restent encore à découvrir. Ces trésors archéologiques permettent en tout cas de lever le voile sur l’histoire des villes de Canton et Hong Kong dont la modernité nous fait souvent oublier l’existence d’un lointain passé.

Pour en savoir plus je vous conseille de lire :

« Le monde chinois – De l’âge de bronze au Moyen Âge« , Jacques Gernet, 2005

« Hong Kong’s heritage, a history of 6000 years« , the Antiquities and Monuments Office, juin 1997

« EXPOSITION – Le Musée d’Histoire de Hong Kong fait revivre la Chine des Han« , Jessica Solse, Lepetitjournal.com, 11 septembre 2015

Port Victoria de Hong Kong

Port Victoria de Hong Kong

Vous pouvez aussi lire :

Share This

About the author

Jess Bontemps

Blog sur l'histoire des lieux que j'affectionne, qu'ils soient célèbres ou non, et que j'ai eu l'occasion de visiter au cours de voyages ou autre. Je partage également des actualités sur l'histoire et l'archéologie.
Pour me suivre sur Twitter :  @Histoiresacados
Pour me suivre sur Facebook : Histoire à sac à dos

View all articles by Jess Bontemps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *