Author Archives: Jess Bontemps

Jess Bontemps
Full Name: Jess Bontemps Website:
Info: Blog sur l'histoire des lieux que j'affectionne, qu'ils soient célèbres ou non, et que j'ai eu l'occasion de visiter au cours de voyages ou autre. Je partage également des actualités sur l'histoire et l'archéologie.
Pour me suivre sur Twitter :  @Histoiresacados
Pour me suivre sur Facebook : Histoire à sac à dos

Exposition Toutankhamon : 10 faits que vous ne savez peut-être pas sur le célèbre pharaon

Exposition Toutankhamon : 10 faits que vous ne savez peut-être pas sur le célèbre pharaon

16 juin 2019 – Pour la première fois depuis 1967, 150 artefacts originaux provenant de la tombe de Toutankhamon, découverte en 1922 par Howard Carter, ont quitté le Caire pour une exposition exceptionnelle à Paris (Toutânkhamon – le Trésor du Pharaon – La Villette). Une cinquantaine d’entre eux ont même quitté l’Egypte pour la première fois. Jusqu’au 22 septembre 2019, vous aurez la chance unique d’admirer un trésor archéologique à couper le souffle. Le raffinement des objets couverts d’or et de pierres précieuses fait tourner la tête. Des cercueils miniatures qui protégeaient les viscères du roi, de délicates statuettes, de superbes bijoux et mobilier funéraire attendent les visiteurs dans une ambiance mystique bien mise en scène. A l’occasion de cette exposition, je vous propose de revenir 3000 ans en arrière et de nous pencher sur la vie et la mort de Toutankhamon. Devenu mondialement célèbre en raison de sa tombe plutôt que de son règne, que savons-nous exactement de ce pharaon?

Lire la suite

Corse : découverte d’une tombe étrusque de 2400 ans

Corse : découverte d’une tombe étrusque de 2400 ans

31 Mars 2019 – Les archéologues de l’Inrap viennent de faire une formidable découverte en Corse. Une tombe étrusque, inviolée, vient d’être excavée à Aleria-Lamajone (Haute-Corse) au sein d’une nécropole étrusque et romaine.

La fouille de la nécropole a débuté en 2018. Elle a révélé 130 sépultures à l’exceptionnel état de conservation. Exceptionnel, compte tenu de l’acidité des sols en Corse. Plusieurs pratiques funéraires caractérisent ces sépultures. Inhumations en fosse, en coffrage de maçonnerie, sépultures en coffrage de bois cloutés, bûchers funéraires, etc. Les archéologues ont également découvert plus deux cents objets dont des bijoux et une centaine de vases complets, datés du IVe siècle avant notre ère jusqu’au IIIe siècle de notre ère.

@Denis Glicksman, Inrap – La tombe étrusque et son escalier

Une tombe étrusque inviolée

Parmi ces sépultures, les archéologues ont mis au jour une chambre funéraire souterraine étrusque. Ce type de tombe était normalement destiné à des personnages de haut rang.

On y accède via un petit escalier et un couloir de 6 mètres de long. La chambre de plus de deux mètres de profondeur est encore intacte.

À ce jour, la fouille a livré plusieurs artefacts dont trois coupes à vernis noir et ce qui pourraient être des miroirs. Deux skyphoi, sorte de gobelets à grandes anses, ont été découverts à proximité du crâne d’un individu.

Impossible pour l’heure de savoir le sexe ou l’âge du défunt. Néanmoins, les archéologues ont pu dater la sépulture au IVe siècle avant notre ère grâce au mobilier funéraire. Les archéologues devront poursuivre la fouille pour en apprendre plus.

La Corse et les Etrusques

Ile méditerranéenne, la Corse a toujours joué été l’objet d’intérêts commerciaux grecs, étrusques et carthaginois. Entre 500 avant notre ère et la conquête romaine de l’île (259 avant notre ère) la Corse témoigne, non seulement des relations privilégiées avec l’Étrurie, mais également de la présence stable d’une population étrusque.

Cette découverte devrait permettre aux historiens d’en apprendre plus sur les étrusques. Cette civilisation se développa sur le territoire correspondant aujourd’hui à l’Italie avant d’être absorbée par l’empire romain vers 400 avant J.C. Mais ce peuple n’a en effet laissé que peu de traces derrière lui.

En savoir plus sur le site de l’Inrap

Bague retrouvée dans une des sépultures de la nécropole. Datée entre la fin du Ier siècle et le début du IIIème siècle. Elle semble représenter un chat jouant avec une pelote.
@Pascal Druelle, Inrap – Bague retrouvée dans une des sépultures de la nécropole. Datée entre la fin du Ier siècle et le début du IIIème siècle. Elle semble représenter un chat jouant avec une pelote.

Histoire de la célèbre muraille de Chine

Histoire de la célèbre muraille de Chine

Sa silhouette serpente le long des montagnes. Sous mes yeux, la célèbre muraille de Chine forme une ligne blanche rocailleuse qui semble s’étendre à perte de vue. Et pour cause. Ce dragon de pierre prend sa source dans la mer à l’est, traverse les déserts arides de Chine, et trône du haut des montagnes. Récemment reconstruite par endroits ou réduite à l’état de ruines sur d’autres tronçons, la muraille de Chine a une histoire aussi longue que la distance qu’elle parcourt, soit près de 20000 kilomètres.

Sa construction débuta il y a plus de 2000 ans pour protéger l’empire fraichement unifié des incursions nomades. Frontière, elle servira aussi de marqueur éthnique, distinguant la Chine des autres peuples barbares. Prouesse technique, travail the titan, elle connut pourtant des siècles d’abandon pour être finalement reconstruite au XVè et XVIè siècle par la dynastie Ming.

Née dans la douleur des ouvriers qui la construisirent, la muraille devint l’un des monuments les plus emblématiques de l’empire du milieu. Pourtant, le mur faillit par deux fois à remplir son rôle, celui de protéger l’empire des invasions. Quelle est donc son histoire?

Lire la suite

Pompéi, découverte d’une nouvelle fresque représentant Narcisse

Pompéi, découverte d’une nouvelle fresque représentant Narcisse

16 Février 2019 – Pompéi est loin de nous avoir livré tous ses secrets. Les archéologues viennent de mettre au jour une nouvelle fresque dans une riche villa. Restée prisonnière des cendres pendant près de 2000 ans, cette peinture représente Narcisse, célèbre personnage de la mythologie grecque.

Peint dans l’atrium, pièce principale de la villa, Narcisse est positionné au centre d’une fresque murale aux couleurs oranges et rouges foncées. On peut le voir admirant son reflet dans l’eau d’une rivière. Il est accompagné d’un chien et d’un autre homme qui pourrait être Cupidon, le dieu de l’amour.

En pour cause. Dans la mythologie grecque et romaine, Narcisse est un jeune homme d’une incroyable beauté. Il repousse de nombreux prétendants dont la nymphe Écho. Furieuse, elle en appela à Némésis, déesse de la colère et du châtiment. La vengeance de la nymphe éconduite fut terrible. Alors que Narcisse se promène en forêt, il est pris d’une soif et s’abaisse pour boire de l’eau. Il tombe alors amoureux de son propre reflet. Ne parvenant plus à se relever, condamné à s’admirer sans fin, il finit par mourrir.

Les couleurs éclatantes de la fresque laissent penser que la décoration de la villa fut réalisée dans les dernières années de la cité, avant qu’elle ne soit détruite par l’éruption volcanique en 79 de notre ère.

Au mois de novembre 2018, une fresque mettant en scène Léda et Zeus ayant pris la forme d’un cygne avait déjà été mise au jour dans la chambre de la même villa.

Pour en savoir plus : Parc archéologique de Pompéi

Nouvelle fresque mise au jour à Pompéi

Elément de la fresque murale mise au jour à Pompéi dans l’atrium de la villa.

Fresque de Léda et Zeus, Pompéi

Fresque de Léda et Zeus, Pompéi

Egypte antique: les statues d’un couple volontairement vandalisées

Egypte antique: les statues d’un couple volontairement vandalisées

Credit: ©GM – Tell Edfu Project 2018

19 Janvier 2019 – Les sculptures d’un homme et d’une femme ont été mises au jour par des chercheurs de l’université de Chicago, à Tell Edfu dans le sud de l’Egypte. Vielles de 3500 ans, elles présentent la particularité d’avoir été volontairement endommagées, sans doute dans le but de nuire au couple dans sa vie après la mort. 

Les visages du couple ainsi que les hiéroglyphes ont en effet été détériorés pendant l’antiquité. Or dans l’Egypte antique, effacer le nom d’une personne revenait non seulement à faire disparaitre sa mémoire mais aussi à compromettre sa vie dans l’au-delà. La croyance en la vie après la mort était si forte, que l’on peut imaginer que la personne ayant vandalisé les statues devait sérieusement en vouloir à ses propriétaires.

La sculpture a été excavée par les archéologues dans une ancienne villa d’environ 367 m2, construite entre 1500 et 1450 avant notre ère. Les sculptures servaient probablement au culte des ancêtres des habitants de cette villa. 

En savoir plus sur LiveScience.com et Chicago University

10 impressionnantes découvertes archéologiques en 2018

10 impressionnantes découvertes archéologiques en 2018

Mohamed Abd El Ghany / Reuters

13  Janvier 2019 – En cette nouvelle année 2019, je vous propose de revenir sur les découvertes qui ont marqué le monde de l’archéologie en 2018. Italie, Egypte, ou encore Pérou, les chercheurs auront vu leurs efforts récompensés. Espérons que l’année à venir soit aussi riche en découvertes archéologiques.

Une tombe intacte de 2300 ans découverte à Rome

Une tombe intacte de 2300 ans découverte à Rome

Crédit photo: Soprintendenza Speciale Archeologia, Belle Arti e Paesaggio di Roma

L’Italie aura été particulièrement gâtée en découvertes. Pour commencer, un exceptionnel tombeau fut mis au jour près de Rome cet été. Ce caveau remontant au IVème siècle avant J.C. a en effet été retrouvé intacte, ce qui est rare. Il abritait les squelettes de trois hommes et d’une femme. Ils étaient accompagnés de céramiques (assiettes, bols et amphores).

Selon la Surintendance Spéciale d’Archéologie de Rome, la tombe daterait de l’époque de la République romaine. Une pièce de monnaie en bronze a en effet été retrouvée près d’un des squelettes. Sa date est estimée entre 335 et 312 avant notre ère. La tombe contenait également deux racloirs en fer utilisés par les Romains pour enlever la sueur. 

Chose curieuse, les Romains avaient plutôt pour habitude d’incinérer leurs morts. Cette tombe, ainsi que d’autres mises au jour similaires au cours de ces dernières décennies, confirme ainsi que l’inhumation était aussi pratiquée.

Pour en savoir plus: National Geographic et Sciences et Avenir

Pompéi: l’éruption du Vésuve aurait eu lieu en Octobre et non au mois d’Août

Eruption de Pompeii en Octobre

Crédit photo: Parco Archeologico di Pompei

Alors que la destruction de Pompéi est généralement datée au 24 août 79 (selon les écrits de Pline le Jeune, témoin de la catastrophe), la découverte d’un graffiti est venue remettre au cause cette date. Tracée au charbon sur le mur d’une villa, l’inscription indique en effet « XVI K NOV ». Il s’agit du « 16ème jour avant les calendes de novembre », soit le 17 Octobre.

D’autres découvertes avaient déjà permis d’estimer que l’éruption avait eu lieu en automne. Les archéologues ont en effet mis au jour des branches contenant des fruits d’automne, des pépins de raisins indiquant que les vendanges étaient terminées et des braseros. 

Mais alors comment expliquer la date mentionnée par Pline le Jeune? Il pourrait s’agir d’une simple erreur de copie des écrits de Pline le Jeune. L’hypothèse est d’autant plus plausible que des épigraphistes ont récemment retrouvé d’autres copies dont certaines mentionnaient le neuvième jour avant les calendes de novembre et non pas celles de septembre.

En savoir plus: Lemonde.fr et Nouvelobs.com

Pompéi: découverte d’une nouvelle fresque

Fresque de Leda, Pompéi

© Cesare Abbate/PHOTOSHOT/MAXPPP

Nous restons à Pompéi pour cette sélection de découvertes archéologiques. Quelques semaines après la mise au jour du graffiti remettant en question la date d’éruption du Vésuve, c’est une nouvelle fresque qui fut excavée.

Retrouvée sur le mur d’une chambre à coucher, la fresque représente la reine de Sparte, Léda, nue avec Jupiter ayant pris la forme d’un cygne pour la séduire. La fresque montre également la pauvre reine se soumettant au devoir conjugal avec son époux, le roi Tyndare. Léda aurait ensuite pondu deux œufs d’où sortirent Hélène, qui sera à l’origine de la guerre de Troie, Clytemnestre, future épouse d’Agamemnon et les jumeaux Castor et Pollux.

En savoir plus: Lemonde.fr

Civilisation Maya: l’étendu de complexes vestiges confirmée

Reconstitution de la pyramide détectée à Tikal

Reconstitution de la pyramide détectée à Tikal © PACUNAM

Nous quittons l’Italie pour l’Amérique Centrale, et plus précisément le Guatemala. En Janvier dernier, des milliers de ruines mayas inconnues ont été détectées dans la jungle du Guatemala, montrant l’ampleur insoupçonnée des interconnexions entre cités.

Cachées sour la végétation, ces ruines ont pu être mises au jour grâce a la technologie Lidar (un système qui fit également ses preuves sur le site archéologique d’Angkor au Cambodge). Des palais, des pyramides (dont une haute de 30 mètres détectée à Tikal), des centres cérémoniels, mais aussi des parcelles agraires et des habitations ont été découvertes.

Le lidar a aussi mis en évidence des centres urbains, des réservoirs, fortifications, des systèmes d’irrigations et d’autres éléments urbains comme des chaussées surélevées pouvant être utilisées pendant la saison des pluies.

En savoir plus: Sciences et Avenir

De nouveaux géoglyphes au Pérou

Nouvelle découverte de géoglyphes au Pérou

Johny Isla/Luis Jaime Castillo Butters

Déjà connu pour ses célèbres géoglyphes de Nazca, le Pérou a révélé aux archéologues d’autres mystérieuses et géantes figures dessinées sur le sol. Découverts à 400 kilomètres au sud de Lima, ces dessins représentent des silhouettes humaines, mais aussi des formes géométriques ; des lignes, des trapèzes, des triangles, et des spirales. 

Les géoglyphes ne sont pas un phénomènes nouveaux au Pérou. Des centaines de ces dessins géants ont été tracés en l’espace de 1500 ans en grattant les couches supérieures du sol pour faire ressortir les strates de gypse plus claires.

Si le rôle de ces géoglyphes reste encore un mystère, la découverte récentes de petits autels et d’offrandes près des dessins ont donné lieu à une nouvelle théorie: les géoglyphes seraient liés à des rituels pour faire tomber la pluie. Les chercheurs ont également observé une multiplication de ces dessins au VIème siècle, période de grande sécheresse.

En savoir plus sur Sciences et Avenir

6. Des tombes incas découvertes au Pérou

Potterie découverte sur le site archéologique de Tucume au Pérou - Reuter/Guadalupe Pardo

Poterie découverte sur le site archéologique de Tucume au Pérou – Reuter/Guadalupe Pardo

Nous restons au Pérou où les archéologues ont découvert de nouvelles sépultures sur un important site funéraire inca. Quatorze tombes abritant des restes humains et des poteries accompagnant les défunts, ont ainsi été exhumés sur le site archéologique de Tucume au Pérou.

Ces tombes étaient situées à l’intérieur d’une pyramide dite ‘des abeilles’ (Huaca de la Abejas) et pourraient avoir près de 500 ans. Leur découverte vient s’ajouter à celle de dix tombes déjà excavées l’année dernière sur le même site.

L’endroit aurait été occupé vers le XIIème siècle par le peuple de Lambayeque, une civilisation pré-incaique aurait était conquise par le royaume Chimú vers le XIVème siècle pour être finalement absorbée par le royaume inca à partir de l’année 1470. Ce site archéologique est aujourd’hui d’une importance capitale, regroupant 26 edifices pyramidaux sur une superficie de 221 hectares.

En savoir plus ici

7. Egypte: une nouvelle nécropole mise au jour

Petites statues en faïence bleue, les oushebti – REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

Nous partons à présent en Egypte où a été mis au jour un cimetière vieux de plus de 2000 ans, situé en Haute-Egypte. Des momies et une quarantaine de sarcophages en calcaire, un millier de petites statue sen faïence bleue, les oushebti, et un collier porte-bonheur portant l’inscription « bonne année » ont été découverts.

Ces tombes appartenaient à des dignitaires religieux et leur famille dont celui de Hersa-Essei, un grand prêtre du dieu Thot, le dieu à tête d’ibis. Sa momie était décorée de perles bleu et rouge et de feuilles en bronze dorées. Quatre vases canopes en albâtre à visages d’Horus, abritant les organes internes momifiés se trouvaient à proximité.

Les tombes de cette nécropole remontent à différentes périodes allant de la Basse époque (750-332 avant J-C) au début de la période ptolémaïque (310 av. J-C à 30 ap. J-C). Selon le ministre des antiquités Egyptienne, « cinq ans de travaux seront nécessaires à l’étude complète de cette nécropole« . D’autres passionnantes découvertes archéologiques sont ainsi encore à envisager.

En savoir plus sur Challenges.fr et lefigaro.fr

8. Egypte toujours, une tombe de 4400 ans découverte

AFP/GETTY IMAGES

La tombe d’un prêtre nommé « Wahtye », au rang élevé, a été découverte en Égypte, sur la vaste nécropole de Saqqara. Elle daterait de la Vème dynastie (entre 2.500 et 2.300 avant notre ère), pendant le règne du Pharaon Néferirkarê (2446 – 2438 avant notre ère), selon le ministère des Antiquités.

La tombe exceptionnellement bien conservée et colorée contient 24 statues sculptures et des bas-reliefs montrant le prêtre avec sa famille. Les statues, dont la taille varie de 1 mètre à taille humaine, représentent des personnes ou des divinités.

En savoir plus sur Sciences et Avenir et BBC

9. Une épave retrouvée de 2400 ans dans la mer noire

BLACK SEA MAP/EEF EXPEDITIONS

Une équipe d’archéologues ont découvert un navire grec antique. Presque entier et dans un relativement bon état de conservation, il fut retrouvé à deux kilomètres de profondeur dans la mer Noire.

Il s’agirait d’un navire marchant, coulé 400 avant notre ère. Chose extrêmement rare, il possédait encore son mât et gouvernail. Le bateau a en effet été retrouvée à une profondeur où l’eau est dépourvue d’oxygène, permettant ainsi la conservation des matières organiques comme le bois.

Cette épave quasi intacte représente donc une mine d’information sur les techniques navales de cette époque.

En savoir plus sur Sciences et Avenir

10. Découverte d’une nécropole gallo-romaine à Macon

Inhumation en coffrage de dalles calcaires. © Inrap, 2018

Inhumation en coffrage de dalles calcaires. © Inrap, 2018

L’Inrap (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) a mené, en août 2018, une fouille archéologique préventive au cœur de la ville de Mâcon. Les fouilles archéologiques ont permis la mise au jour des vestiges de la nécropole dite « des Cordiers », datée de la période antique (Ier-VIe siècles).

Ces vestiges donnent une indication des pratiques funéraires gallo-romaines. Les archéologues ont ainsi découvert des aires de bûchers funéraires, des urnes cinéraires, des sépultures inhumées en coffrage de bois ainsi qu’un imposant sarcophage en pierre.

Anciennement appelée Matisco, cette ville gallo-romaine se développa à la fin du Ier siècle avant notre ère, sous l’impulsion de la conquête de la Gaule. 

En savoir plus sur le site de l’Inrap

La peste présente en Europe il y a plus de 5000 ans

La peste présente en Europe il y a plus de 5000 ans

16 Décembre 2018 – Les plus anciennes traces de peste ont été découvertes en Suède. Elles auraient près de 5000 ans. Un groupe de chercheurs français, danois et suédois de l’université de Gothenburg, ont en effet analysé des squelettes provenant d’une tombe collective située dans le sud de la Suède. Les os appartenaient à des fermiers décédés il y a 4900 ans. Les chercheurs ont identifié des traces ADN de yersinia petis, la bactérie à l’origine de la peste.

Cette découverte montre non seulement que le fléau serait plus ancien que ce que les études montraient jusqu’à présent, mais aussi qu’il serait originaire d’Europe et non d’Asie. Selon les chercheurs, les routes commerciales auraient permis à la bactérie de se déplacer jusqu’en Asie.

Les traces de peste les plus récemment identifiées remontaient en effet à des périodes plus récentes comme l’antiquité ou le Moyen-Age. Au XIVème siècle, la Grande peste Noire emporta un tiers de la population européenne. Alors venu d’Asie, le fléau décima en effet 50 millions d’individus. Cette terrible maladie serait une variante de celle nouvellement identifiée en Suède.

La présence de la peste il y a près de 5000 ans coincide également à un accroissement de population en Europe, suivie d’une chute brutale. C’est aussi à cette période que des inventions capitales furent faites comme la roue, les animaux de trait et la métallurgie. Inventions qui facilitèrent les mouvements de population sur de longues distances.

La pandémie de peste d'Europe en Asie

La pandémie supposée de peste d’Europe en Asie – Université de Gothenburg

En savoir plus:

 »Oldest ever traces of the plague found in Falköping » University de Gothengurg, HENRIK KJELLBERG, 6 Décembre 2018

 »Ancient strain of plague found in Sweden – and it could rewrite history », Thelocal.se, 7 December of 2018

Athènes: Histoire de l’Acropole et du Parthénon

Athènes: Histoire de l’Acropole et du Parthénon

L’Acropole et son Parthénon. Ils se dressent fièrement du haut de leur colline, s’offrant à la vue des visiteurs qui ne peuvent les manquer depuis les rues d’Athènes. Cette merveille d’art et d’architecture construite au Vème siècle avant J.C. semble scintiller sous les rayons brûlants du soleil du mois d’août. La nuit, les éclairages lui donnent également toute l’attention qu’elle mérite. Et pourtant, l’Acropole a subi tant d’outrages qu’elle a bien failli disparaitre. Elle réussit l’exploit de survivre aux affronts du temps et aux tremblements de terre, mais elle ne put résister à l’avidité et la violence des hommes. Elle fut négligée, mutilée et dépouillée jusqu’à la moelle, ne laissant derrière qu’un squelette agonisant. Aujourd’hui, les récentes et brillantes restaurations des archéologues redonnent vie à l’Acropole. Elles lui rendent sa dignité et nous invitent à un voyage dans la Grèce antique, il y a 2500 ans.

Lire la suite

Japon: histoire des royaumes combattants

Japon: histoire des royaumes combattants

Partons en direction du Japon. Nous sommes à la fin du mois de mars et les sakouras sont en pleine éclosion, recouvrant le pays d’une vague rose et blanche. L’atmosphère est féerique et contraste étrangement avec l’épisode sanglant de l’histoire du Japon que je m’apprête à raconter. Aux XVème et XVIème siècles, le territoire qui est aujourd’hui celui du Japon est marqué par de longs et violents conflits. Cette période est connue sous le nom de « Royaumes combattants ». Elle ne s’achèvera qu’au début du XVIIème siècle avec l’avènement d’une nouvelle dynastie, celle des Tokugawa. Ces nouveaux maîtres du pays prendront comme capitale Edo, la future Tokyo. Je vous propose de replonger au coeur de cette histoire mouvementée du Japon, aux côtés des légendaires guerriers samouraïs et de leurs maîtres, les daimyôs.

Lire la suite

Histoire du Vasa, exceptionnel navire de guerre suédois

Histoire du Vasa, exceptionnel navire de guerre suédois

Stockholm, musée Vasa. L’épave d’un énorme bateau se dresse fièrement. Son immense silhouette nous laisse sans voix. Lorsque l’on se rapproche, le choc est encore plus grand. Le navire regorge de motifs élaborés qui semblent avoir été récemment sculptés dans le bois. Son histoire remonte pourtant au début du XVIIème siècle, dans le royaume de Suède. Le 10 aout 1628, le Vasa, navire de guerre royal, vient d’être achevé au terme de trois années de labeur. Mais alors qu’il fait ses premiers pas en mer lors d’un voyage d’inauguration, le navire chavire et coule sous le regard médusé des spectateurs. Il emporta avec lui une trentaine de passagers. L’histoire du Vasa aurait pu s’arrêter là. Pourtant, dans les années 1960, une incroyable opération de renflouage parvint à extraire le navire de la mer baltique. Exceptionnellement conservée, cette superbe épave est unique à bien des égards. Elle a par ailleurs permis aux historiens de répondre à cette question :  comment un tel drame a-t-il pu se produire?

Lire la suite